Il était une fois l’Accueil Mosan…

Cette histoire commence bien avant le 3 juin 1991, date de la création de l’asbl. Mais vous allez voir c’est une vraie « success story namuroise » dans le secteur du handicap!

Tout commence le 1er octobre 1963 avec l’ouverture d’un atelier protégé pour jeunes hommes déficients mentaux situé rue Grangagnage appelé L’Atelier qui ouvre ses portes avec 6 travailleurs.

En 1964, 18 travailleurs y effectuent des travaux de sous-traitance tels que montage électrique et conditionnement de divers produits. Il y a de la demande et cette occupation les valorise aux yeux de leur entourage, les intègre dans la société active. En 1971, L’Atelier compte 101 travailleurs travaillant sur 1200m², une réelle entreprise ! Mais les coups durs n’épargnent personne. En 1975, L’Atelier doit se séparer d’une partie des ouvriers qui, à l’époque n’avaient pas droit aux allocations de chômage, vu leur statut social de personne handicapée. Mais là, n’était pas le plus important.

Qu’allaient faire ces personnes de leur journée dorénavant ? Pas question pour L’Atelier de les laisser tomber ni eux ni leurs familles ! Il faut trouver une solution, des activités !

C’est ainsi qu’en octobre 1975, un Centre d’Apprentissage et de Réadaptation ouvre ses portes Avenue Reine Astrid à Salzinnes. Les personnes exclues de l’atelier protégé sont alors occupées à nouveau en journée par des activités adaptées et stimulantes.

En juillet 1981, un service d’accompagnement est créé pour apporter aux personnes handicapées mentales et/ou inadaptées sociales, une « aide » à domicile tant dans le domaine social (gestion du budget, démarches administratives, recherche d’emploi, …) que dans la réalisation des tâches de la vie quotidienne (via apprentissage et stimulation des compétences) pour leur donner accès à une vie plus « autonome ».

Cette initiative innovante fait germer de nouvelles idées dans la tête des parents et des travailleurs sociaux. Pourquoi ne pas proposer un lieu de vie, en dehors du contexte familial, pour les personnes plus dépendantes ? Une maison d’hébergement s’ouvre alors rue Danhaive à Saint-Servais en 1983. Cette structure a pour but de recréer un milieu familial et, dans certains cas, d’offrir un hébergement d’urgence. L’accueil est alors proposé à des adultes qui ont une activité en journée (travail en milieu protégé, en centre de jour, …).

Les missions se diversifient de plus en plus et se tiennent aux 4 coins de Namur. Mais les choses ne s’arrêtent pas là !

A l’initiative de l’Association des Parents, le home occupationnel « La Marlagne » vient compléter les activités du groupe en 1985. Il se situe dans le superbe cadre de la Citadelle de Namur. Il héberge 10 dames « non travailleuses » de 21 à 45 ans. A l’époque, cette vie en communauté sert de tremplin vers une réinsertion socio-professionnelle ou vers un lieu de vie individuel.

Les handicaps sont variés et les capacités des personnes à vivre seules tout autant. En 1986, l’acquisition d’une maison à Salzinnes permet la mise en route d’une nouvelle initiative, des appartements supervisés. Le service d’accompagnement s’y installe, il prend ainsi doucement son indépendance, tout comme les personnes qu’il accompagne. Lieu de vie transitoire, des appartements supervisés préparent des femmes à la vie en logement autonome.

La mixité n’était pas encore à l’ordre du jour mais elle se mettra en place en 1991. Les studios sont réservés depuis à des adultes, hommes et femmes en situation de déficit intellectuel, entre 18 et 35 ans, demandeurs et manifestant une volonté et une capacité d’apprentissage vers une vie en logement autonome, ayant obligatoirement une activité extérieure (quelle qu’elle soit), au moins à mi-temps, pour lutter contre l’isolement social et la solitude.

Les missions se sont bien diversifiées depuis la création de l’atelier protégé en 1963. La gestion de ses différents services nécessite une attention particulière selon les missions.

En juin 1991, l’asbl « l’Accueil Mosan » est créée pour regrouper progressivement tout le volet hébergement et accompagnement des missions.

En octobre 1993, la maison d’hébergement (située auparavant rue Danhaive), déménage Chemin de La Caracole à La Plante et prendra le nom de « La Caracole ». Cette maison unifamiliale, datant des années des 60, est transformée en maison d’hébergement pouvant accueillir 10 personnes.

« L’Accueil Mosan » chapeaute:

Le Service d’accompagnement, et ses 4 appartements supervisés

La maison d’hébergement « la Caracole » qui accueille 12 personnes.

Le service résidentiel « la Marlagne » accueille 10 personnes

Il n’est pas possible de vivre uniquement sur ses acquis. Il faut sans cesse faire évoluer les projets, les accompagnements, s’adapter aux attentes du public et du secteur.

Les infrastructures de L’Accueil Mosan nécessitent aussi progressivement d’importants travaux de rafraîchissement ou de rénovation.

C’est ainsi que le 1er mars 2008, tout le service « la Marlagne » déménage dans une annexe de l’Institut Saint Jean de Dieu à Salzinnes car un chantier de mise en conformité, d’adaptabilité, d’accessibilité et d’agrandissement débute avec le soutien financier du pouvoir subsidiant l’Association Wallonne pour l’Intégration de la Personne Handicapée.

Il faudra 2 bonnes années, semées d’embuches, pour que le service réintègre le nouveau bâtiment en juin 2010. Ce service résidentiel en a profité pour doubler sa capacité d’accueil et est devenu le lieu de vie de 20 personnes en situation de handicap.

Chaque service sera servi à son tour. Le service d’accompagnement et les appartements supervisés seront entièrement rafraîchis pour fin 2016.

Et le projet ambitieux de relogement du service La caracole (aujourd’hui inadapté au niveau sécurité, mobilité, stimulation et même bien-être au travail) est déjà bien en route avec la perspective, ici encore, d’augmenter la capacité

d’accueil mais via une nouvelle forme d’hébergement, un espace communautaire de 5 personnes. Un lieu communautaire a plusieurs atouts. Le plus important est de proposer une vie plus indépendante à des personnes pour qui l’encadrement éducatif en hébergement collectif est trop lourd et en logement autonome trop léger.

La réflexion générale, qui a traversé toutes ces années, est encore de mise aujourd’hui : viser à améliorer le contexte de vie des personnes en situation de handicap et tenter de répondre à leurs attentes et à celles de leurs parents, de considération, d’émancipation et d’insertion sociale.

Ce qui fait bouger L’Accueil Mosan depuis tant d’années ?

Son public ! Ses besoins, ses attentes !

Son équipe ! Dynamique et innovante !

L’équipe

Documents à télécharger

Flyer Ren’Fort

Accès

Avenue de Marlagne 205
5000 NAMUR

081 731 499